scandinave

Cycle scandinave

Les Scandinaves jouissent d’une histoire littéraire et artistique extrêmement riche et singulière. Les terres du Nord abritent des paysages d’une inéluctable beauté qui appellent à la mélancolie et à l’introspection, formant ainsi le lieu idéal pour une littérature parfois désenchantée, mais qui sait dévoiler, avec finesse et humanité, les plus infimes variations des tourments de l’Homme. Les noms d’Ibsen et de Strinberg nous viennent instinctivement en tête ; frères rivaux et pionniers d’une dramaturgie qui jouit encore aujourd’hui d’une inaltérable modernité. En Scandinavie, l’art et la culture sont essentiels au développement collectif et individuel. Depuis son émergence, le théâtre a participé intelligemment à l’établissement d’une identité nationale, théâtrale et politique. Toutefois, depuis les deux dernières décennies, de nouvelles pratiques plus marginales et davantage pluridisciplinaires semblent vouloir se détacher de l’esthétique « socio-réaliste » auquel s’est particulièrement associé le théâtre en Scandinavie.

Derniers espoirs d’une société égalitaire, sereine et prospère, les pays scandinaves nous apparaissent aujourd’hui comme les derniers territoires inébranlables face à la virulente déroute occidentale. Il est vrai que, durant cette époque particulièrement tourmentée que fut le XXe siècle, ces pays nordiques ont incarné le symbole de la réussite démocratique grâce à leur très grande stabilité politique et sociale. Reste à savoir si à l’ère de la mondialisation et du pluralisme culturel, les Scandinaves sauront encore garder cette réputation face aux défis que leur tendra le XXIe siècle. Mais que connaissons-nous réellement des peuples scandinaves mis à part leur modèle Ikea, leurs indomptables paysages, leurs démocraties exemplaires, leur système d’éducation irréprochable ou encore, leurs innovations en matière de design, d’architecture et d’environnement ? Pourquoi, à l’heure actuelle, nos yeux rêveurs se rivent-ils sur ces pays du Nord ? Espérons-nous trouver en leurs idéologies et leurs innovations une terre d’accueil pour notre rêve démocratique ? Pour le moment, disons-nous que le regard porté à l’égard de cette terre promise se fait assurément à travers le prisme de nos idéaux et de nos lieux communs, mais aussi, peut-être, à travers celui de nos erreurs passées.

À l’heure actuelle, aborder la question de notre nordicité commune grâce à un aller-retour Québec-Scandinavie, c’est soulever d’emblée la question identitaire québécoise, mais cette fois en la liant de manière intime aux territoires nordiques que nous habitons : enjeu de notre Québec contemporain. Ce prochain cycle du Théâtre de l’Opsis est donc une manière d’avoir cette conversation en dehors de nos lieux communs, à l’extérieur de nos frontières géopolitiques, dans un espace autre, celui du théâtre.

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp